24/06/2011

Deuxième lettre au président de l'assemblée nationale

Groupe Organisateur de la Commémoration du 29 avril
c/o Monsieur Victor NTACORIGIRA 

Rue Philippe de Champagne n° 3b/boite 22
1000 Bruxelles
Belgique

Tél/fax: 0032-2-514.57.85

ntacovic@hotmail.com

 

 

                                                                                                      Bruxelles, le 28 avril 2011

 

                                                           

À l’attention de :            

 

 Honorable Monsieur Pie Ntavyohanyuma

 Président de l’Assemblée Nationale du Burundi

 Palais de Kigobe

 B.P. 120  Bujumbura, Burundi

 Tél : 00 257 22 23 36 40 ; Fax :00 257 22 23 26 22 ou 22 23 36 41

 assemblenationale_burundi@yahoo.fr

 

 

Honorable Monsieur Gabriel NTISEZERANA

Président du Sénat du Burundi

Avenue Yaranda

B.P. 814 Bujumbura, Burundi

Tél. 00257 22 24 51 15 ou 22 24 90 32 ; Fax  00257 22 24 51 14

cabinet@senat.bi

 

OBJET: Deuxième Lettre de demande de « Faire du 29 avril une journée du souvenir et

ériger un monument rappelant le génocide contre les Hutu du Burundi».

 

 

Honorable Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Honorable Monsieur le Président du Sénat,

 

A l’occasion du 38ème anniversaire du terrible génocide contre les Hutu du Burundi commencé le 29 avril 1972, date où nous célébrions aussi le 10ème anniversaire des Accords d'Arusha du 28 août 2000, nous vous avions adressé une lettre dans laquelle nous vous demandions de  « Faire du 29 avril une journée du souvenir et ériger un monument rappelant le génocide contre les  Hutu du Burundi », génocide qui a fait aussi d’autres victimes..

 

Aujourd’hui, nous renouvelons notre demande. Cette année en effet, nous sommes à la veille de la commémoration du 50ème anniversaire de l’Indépendance de notre pays le Burundi, un nouveau rendez-vous historique où tout le peuple attend un geste fort de ses représentants pour marquer cet événement d’une pierre blanche. Ce sera aussi la célébration du 11ème anniversaire de la signature des Accords d’Arusha évoqués plus haut.

 

Ces Accords d'Arusha, signés  par la grande majorité de la représentation politique burundaise de l'époque, avec le soutien de nos voisins, amis et bailleurs de fonds, avaient suscité l'espoir de toutes les organisations qui luttent  pour le droit et le devoir de mémoire, ainsi que des organisations qui luttent contre le génocide et l'impunité à travers le monde.

  

Honorable Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Honorable Monsieur le Président du Sénat,

 

En cette année 2011, notre pays traverse de nouveau des moments difficiles que nous devons affronter avec sérénité, courage, abnégation mais également avec la volonté de le sortir, une fois pour toutes, des cycles de violences pour l’établissement d’un véritable Etat de Droit.

 

Notre groupe, qui s’est donné pour mission d'organiser la commémoration de nos morts du 29 avril, exprime de nouveau de très sérieuses inquiétudes quant à la mise en application des recommandations des Accords d'Arusha. Ceux-ci demandent en particulier d’organiser la commémoration de la mémoire des victimes du génocide qui a commencé le 29 avril.  Ils demandent aussi de mettre en pratique le Protocole consacré à la répression et à l'éradication des actes de génocide et de crimes contre l’humanité.

 

C'est pour cette raison que nous profitons, une fois de plus, de cette commémoration pour rappeler aux Institutions des Représentants du Peuple dont vous assurez la présidence, le contenu du Protocole relatif aux actes de génocide et de crimes contre l’humanité.

 

Accords d'Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi


Protocole I: Nature du conflit Burundais, problème de génocide et d'exclusion et solutions

Chapitre II: Solutions


Article 6: Principes et mesures relatifs au génocide, aux crimes de guerres et autres crimes contre l'humanité.

 

Principes et mesures d'ordre politique

 

1. La lutte contre l'impunité des crimes.

2. La prévention, la répression et l'éradication des actes de génocide, des crimes de guerre et

            autres crimes contre l'humanité ainsi que toutes les violations des droits individuels, y      compris ceux des femmes.

3. La mise en œuvre d'un vaste programme de sensibilisation et d'éducation à la paix, à l'unité     et à la réconciliation nationale.

4. La création d'un observatoire national pour la prévention et l'éradication du génocide, des      crimes de guerre et d'autres crimes contre l'humanité.

5. La promotion d'une coopération régionale en vue de la création d'un observatoire régional

            pour la prévention et l'éradication du génocide, des crimes de guerre et d'autres crimes contre l'humanité.

6. La promotion d'un front national interethnique de résistance contre le génocide, les crimes

            de guerre et d'autres crimes contre l'humanité, ainsi que contre la globalisation et la         culpabilisation collective.

7. L'érection d'un monument  national à la mémoire de toutes les victimes de génocide, de          crimes de guerre ou d'autres crimes contre l'humanité avec ces mots"plus jamais ça".

8. L'instauration d'une  journée nationale de commémoration pour les victimes de génocide, de crimes de guerre ou d'autres crimes contre l'humanité ainsi que des mesures    permettant l'identification des fosses communes et l'enterrement des victimes dans la dignité.

 

Honorable Monsieur le Président de l’Assemblée nationale,

Honorable Monsieur le Président du Sénat,

 

Permettez-nous donc de vous inviter, pour la deuxième fois, à prendre vos responsabilités devant ce carrefour de notre histoire en proposant de «Faire du 29 avril une journée du souvenir et ériger un monument rappelant le génocide contre les Hutu du Burundi ».

 

Nous souhaitons à tous nos compatriotes de vivre une période post-électorale apaisée, libre, démocratique et transparente.

 

Pour le Groupe Organisateur

Victor NTACORIGIRA

TRANSMIS COPIE POUR INFORMATION  à

 

-         Son Excellence Monsieur le Président de la République

Présidence de la République

Boulevard de l’Uprona, Rohero 1, B.P. 1870

Bujumbura, Burundi

Fax : 00 257 22 24 89 08

 

-         Monsieur le Premier Vice-président de la République

-         Monsieur le Deuxième Vice-président de la République

-         Madame, Monsieur le Ministre (Tous)

-         Madame, Monsieur le Chef de Mission Diplomatique (Tous)

-         Madame, Monsieur le membre de la Société Civile burundaise (Tous)

-         Madame, Monsieur le membre de la Société Civile internationale (Tous)

-         Madame, Monsieur le journaliste national (Tous)

-         Madame, Monsieur le journaliste international (Tous)

 

 

07:30 Écrit par victor ntacorigira dans commémorations, Victor Ntacorigira | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Invitation 29 avril 2011

COMMEMORATION DU GENOCIDE DES HUTU

DU BURUNDI EN 1972

« Le silence est un droit, l’action est un devoir »

INVITATION

A l’aube du 40ème anniversaire et à l’occasion du 39ème anniversaire du génocide dont le peuple Hutu du Burundi a été victime depuis le 29 avril 1972, des Burundais de Belgique ont une nouvelle fois la profonde douleur de vous inviter à venir nombreux commémorer ce triste anniversaire. Les cérémonies se dérouleront comme suit :

Jeudi, 28 avril 2011

Première partie

Remise de la Deuxième Lettre du Groupe organisateur de la Commémoration du 29 avril aux autorités du Burundi ainsi qu’à la presse nationale et internationale.

Vendredi, 29 avril 2011

Deuxième partie

15 H : Rassemblement devant le monument

Salus Patriae Suprema Lex - Place Poelaert,

devant le Palais de Justice  - Bruxelles-Ville

Pour se rendre au Palais de Justice :        métro : arrêt Louise

trams 94 et 92 : arrêt Louise

15 H 30’:        Marche silencieuse avec l’accompagnement de la musique funéraire burundaise vers les marches du Palais de Justice

15 H 45’:        Dépôt de gerbes de fleurs (Rouge-Blanc-Vert) sur les marches du Palais  de Justice sous l’immense panneau :

International Ideas Contest

Architecture for Justice

Imagine the Future

16 H 00’ :     Hymne national, discours de circonstance, verre d’ablution (Kunywa amata)

16 H 30’:        Départ vers l’église    Saints Jean et Nicolas

Rue du Brabant, 75 A

1030 Bruxelles

Troisième partie

17 H 00: Messe

A la fin de la messe, lecture de la liste de « quelques aînés parmi les sages » (des citoyens du monde entier qui ont accouru au secours du Peuple Hutu du Burundi pendant et après le génocide)

Quatrième partie

19 H 00 :        Recueillement, témoignages, verre partagé dans le souvenir et la douleur

Rue Verte, 105

1030 Bruxelles

A votre aimable attention

1) Esprit de recueillement : Le verre partagé dans le souvenir et la douleur sera offert dans un esprit convivial et en union avec nos défunts et toutes les personnes qui n’auront pas pu être des nôtres. Les organisateurs invitent chacune et chacun à apporter, selon ses moyens et ses convictions, ce qu’elle (il) estime convenable pour ce partage et ce témoignage d’amitié. Vous pourrez aussi poser un geste sur place.

2) Déplacement en transport en commun vers l’église

- Train : Arrêt : Gare du Nord, Sortie : Rue du Brabant

- Trams 94, 4, 3, 55, 25 Direction Stade (Stadium)  Arrêt : Rue du Brabant

- Bus STIB et De Lijn  Arrêt: Rue du Brabant Place Liedts

3) Personnes de contact:

- Ntacorigira Victor            Tél      02/ 514 57 85

- Ntakirutimana Eugénie      GSM   0486 82 85 90

- Rugurika Mathias             GSM   0477 36 63 92

- Nahimana Daniel             GSM   0476 79 31 28

- Bagenyere Jacqueline       GSM   0478 95 95 66

- Kayogera Joseph             GSM   0478 39 95 92

- Ntamahungiro Joseph       GSM   0472 45 69 52

00:33 Écrit par victor ntacorigira dans commémorations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mot de circonstance à l'occasion de la 39 ème commémoration

MOT DE CIRCONSTANCE A L’OCCASION DE LA 39EME COMMEMORATION DES VICTIMES DU GENOCIDE CONTRE LES HUTU DE 1972 A 1973

Prononcé le 29 avril 2011 devant le Palais de justice de la Ville de Bruxelles,

Place Poelaert à 1000 Bruxelles

Bien chers compatriotes, Bien chers amis, Peuples du monde,

Au nom du « Groupe organisateur de la Commémoration du 29 avril », je vous souhaite la bienvenue et vous remercie d’avoir répondu, une fois de plus, à notre invitation.

Nous nous réunissons aujourd’hui pour la 39èmeannée consécutive pour commémorer nos parents, nos grands parents, nos frères et nos sœurs, nos beaux-pères et belles mères, nos beaux fils et belles filles, nos cousins et cousines, nos neveux et nièces, nos petits fils et petites filles, nos amis et connaissances, nos voisins et voisines. Comme vous vous en souvenez, la main criminelle n’a même pas épargné les enfants, y compris ceux qui étaient encore dans le ventre de leurs mères. Malgré les 39 années qui viennent de s’écouler, la douleur nous étrangle toujours, la colère nous étreint et la révolte gronde dans nos entrailles car notre cri de demande de justice et de réparation est toujours étouffé. Le génocide qui a emporté brutalement et cruellement les nôtres est toujours ignoré, nié.

Bien chers nôtres qui nous avez été arrachés si tragiquement,

Nos nous rappelons que ceux et celles qui ont perpétré ce génocide contre vous, vous ont tués non seulement physiquement, mais également moralement. Pendant très longtemps, ils ont même réussi à vous tuer dans votre dignité et dans le cœur de certains d’entre nous. Nous nous rappelons encore - comme si c’était hier – des flots d’encre nauséabonde, des éditoriaux, les uns plus criminels que les autres, et même des prêches de quelque prélat catholique, qui vous ont présentés comme de la vermine, des bestioles, des bêtes sauvages qu’il fallait débusquer, écraser et faire disparaître à jamais de la face de la terre, pour que l’Histoire ne se souvienne même plus de votre passage dans le monde des humains.

Plus triste encore est de constater que même vos orphelins, qui devraient honorer votre mémoire et vous réhabiliter, déclarer le 29 avril jour de deuil national, vous construire un mémorial, tardent à le faire, empêtrés dans des querelles qui replongent notre beau pays dans la honte, alors que le peuple revit l’horreur et les traumatismes de la guerre, la paupérisation et la mort dans une douleur incommensurable. Même le projet de l’identification des fosses communes dans lesquelles vous avez été entassés et précipités, comme des déchets, ne semble pas sur le point d’aboutir. Notre révolte est encore plus grande lorsque notre beau pays offre encore ce spectacle désolant qu’en 2011, un Burundais ou une Burundaise sont arrêtés, emprisonnés, assassinés, violés, martyrisés par un autre Burundais, au seul motif qu’ils ne partagent pas la même idéologie politique. Il faut croire que nous sommes un peuple maudit, mais plus maudits encore sont ceux qui commettent de tels crimes abjects.

Très chers parents, grands parents, frères et sœurs, beaux-pères et belles mères, beaux fils et belles filles, cousins et cousines, neveux et nièces, petits fils et petites filles, voisins et voisines, amis et connaissances,

Sachez néanmoins que votre sacrifice n’a pas été vain. L’Histoire, ce grand maître, vous rendra un jour justice en reconnaissant que vous avez été victimes d’une main criminelle et diabolique. Même quelques uns de ceux qui vous traitaient de « nazis tropicaux » et vous vouaient aux gémonies, commencent – très timidement certes – à reconnaître que vous avez été victimes d’un génocide. Certains d’entre nous ne verrons peut-être pas le jour de votre réhabilitation et résurrection, quand enfin on vous construira un mémorial, et pourquoi pas un mausolée. Nous sommes sûrs cependant qu’un jour aura lieu votre lavement de l’opprobre que vos bourreaux – qui sont aussi les nôtres, nous les rescapés – ont jetée sur vous.

Et même si ces bourreaux s’entêtaient à ne pas reconnaître leurs crimes et à demander pardon - faute de réparer l’acte de leur bestialité - sachez qu’ils ne pourront plus nous obliger à insulter votre mémoire comme ils l’ont fait en 1972-1973 et pendant les années qui ont suivi. Ils ne pourront plus jamais enlever votre place dans nos cœurs. Ils ne pourront plus jamais nous contraindre à vous maudire, à applaudir et légitimer leurs crimes.

Très chers parents, grands parents, frères et sœurs, beaux-pères et belles mères, beaux fils et belles filles, cousins et cousines, neveux et nièces, petits fils et petites filles, voisins et voisines, amis et connaissances,

Sachez donc une fois pour toutes que, même si physiquement vous n’êtes plus avec nous, plus rien ni personne ne pourra nous séparer de vous.

Notre vœu le plus cher est que vous ne soyez pas morts pour rien et que, grâce à votre sacrifice, le Burundi - notre beau pays et notre belle patrie - retrouve la joie de vivre, sa fierté et sa place dans le concert des Nations, sous la direction de vrais Bagabo et de véritables Barundikazi à l’image de nos ancêtres les plus valeureux. Qu’il retrouve sa vigueur, son courage et sa détermination pour se reconstruire lui-même dans un véritable partenariat avec de véritables Nations amies.

A Vous, nos héros et nos martyrs, notre parole d’hommes et de femmes est que nous nous engageons à continuer d’honorer toujours votre mémoire. C’est pourquoi, notre Groupe vient de prendre deux initiatives :

1) Envoyer pour la deuxième fois, une Lettre aux Présidents de l’Assemblée Nationale et du Sénat de notre pays leur demandant de « Faire du 29 avril une journée du souvenir et ériger un monument rappelant le génocide contre les Hutu du Burundi »

2) Lancer, aujourd’hui même, une campagne baptisée « Honorer nos héros »afin de rendre justice à toutes celles et à tous ceux, burundais et non burundais, qui ont osé dire NON A L’INHUMANITE, au péril de leurs vies, et dont certains l’ont payé cher.

Nous espérons de tout cœur que notre cri sera entendu, notre vœu exaucé et notre combat poursuivi par un très grand nombre de personnes qui s’engageront aussi à prolonger notre initiative et à porter notre flambeau aux confins du monde. Que la terre vous soit toujours légère. Ainsi soit-il.

Bruxelles, le 29 avril 2011

Pour les organisateurs

Joseph Ntamahungiro

00:18 Écrit par victor ntacorigira dans commémorations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |